Le ministère de l’intérieur publie un état des lieux des menaces liées au numérique en 2019

Le ministère de l’Intérieur vient de publier sous la coordination de la Délégation ministérielle aux industries de sécurité et à la lutte contre les « cybermenaces » (DMISC) un rapport faisant un panorama des enjeux, des menaces et des réponses apportées par le ministère concernant le thème de la cybersécurité et de la lutte contre la cybercriminalité.

Le ministère rappelle que dans un monde de plus en plus interconnecté (88% de la France dispose d’un accès à Internet et 55% dans le monde), le nombre de menaces liées à la cybersécurité ne cesse de croître.

Notamment :

  • Le nombre de harcèlements en ligne a doublé entre 2016 et 2018 (D’après 20Minutes.fr, 22% des jeunes Français auraient déjà été victimes de cyber-harcèlement sur les réseaux sociaux) ;
  • Les fraudes à la carte bancaire ou le skimming (technique qui consiste à pirater les cartes bancaires à l’aide d’un lecteur spécifique venant généralement se fixer par-dessus un terminal bancaire légitime) continuent de se moderniser surtout en Europe de l’Est grâce à l’appui de groupes criminels ;
  • Le nombre d’infractions à la loi « Informatique et Libertés » est en hausse de 14% suite à l’entrée en vigueur du RGPD le 25 mai 2018. La RGPD ou Règlement Général sur la Protection des Données est un règlement de l’Union européenne qui constitue le texte de référence en matière de protection des données à caractère personnel. Il renforce et unifie la protection des données pour les individus au sein de l’Union Européenne ;
  • L’apparition de nouvelles menaces telles que des campagnes d’hameçonnage de type « sextorsion », où un attaquant réalise un chantage à la webcam prétendument piraté apparu en 2018 ou l’essor des malwares bancaires à destination des smartphones.

Afin de lutter contre ces « cybermenaces » le ministère de l’Intérieur s’adapte continuellement. Les directions et services du ministère de l’Intérieur jouent quotidiennement un rôle de prévention (ex : Mise en place du « Permis Internet » pour sensibiliser plus de 2 000 000 d’élèves), de protection, d’investigation (ex : Le texte de loi relatif au harcèlement, Article 222-33-2-2, prend en compte le harcèlement en ligne.) et d’innovation (ex : Mise en place de nombreux projets d’innovation comme le projet Thésée qui permettra prochainement de porter plainte en ligne pour certaines escroqueries sur Internet).

 

Ce rapport a vocation à être partagé et diffusé auprès de tous les publics et est disponible sur le site du ministère de l’Intérieur :

 http://www.interieur.gouv.fr/Actualites/Communiques/L-Etat-de-la-menace-liee-au-numerique-en-2019