Microsoft 365 victime de plusieurs incidents techniques

Microsoft 365 a été victime de plusieurs incidents techniques depuis le 24 janvier, finalement résolus dans la journée d'hier. Certains utilisateurs ne pouvaient ainsi plus accéder à leur service mail, tandis que d'autres étaient victimes de très long délais lors de l'envoi et de la réception de messagerie et pouvaient constater des bogues de duplication de messages.

Microsoft 365 est un service de Microsoft qui permet aux utilisateurs d’accéder à ses outils tels que la suite Office, Exchange ou encore Skype dans le cloud. L'accès à ces logiciels se fait ainsi en ligne, les utilisateurs s'authentifiant depuis leur navigateur. C'est ce service d'authentification que Microsoft a identifié comme défaillant le 24 janvier, en attribuant l'identifiant EX172491 à l'incident. Le 25 janvier, Microsoft a indiqué que certains utilisateurs situés en Europe pouvaient toujours rencontrer des problèmes de connexion. Ce n'est que le 28 janvier que l'éditeur semblait avoir clos l'incident, grâce à un changement dans la configuration de son infrastructure.

Le 29 janvier, deux nouvelles perturbations ont été rapportées par les utilisateurs, référencées de la manière suivante par Microsoft :

  • MO172678 : Un incident sur le service de mail Exchange, durant lequel les utilisateurs cliquant sur des hyperliens rencontraient une erreur 503 à l'ouverture, signifiant service indisponible. L'origine de ce problème viendrait de l’infrastructure Safe Link, qui est un service charge de détecter les hyperliens malveillants.
  • MO172692 : Un second incident sur le service d'authentification de 365, cette foi-ci affectant l'intégralité des services de la gamme. Si l’utilisateur avait ses identifiants en cache, il ne rencontrait aucun problème de connexion, dans le cas contraire l’authentification avait de grandes chances d'échouer.

Des mises à jour sur leur statut étaient disponibles via le tableau de bord administrateur 365 ou le compte Twitter Microsoft 365 Status (@MSFT365Status). Les deux incidents ont été indiqués comme résolus dans la nuit du 29 au 30 janvier.